Bouteille à la mer d'Okinawa et des îles Yaeyama...

29 février 2016

" In the mood for Okinawa et les iles Yaeyama..."



Se rendre au Japon pour un occidental, c'est déjà repousser très loin les frontières de la découverte exotique...

20160216_093546

Mais se rendre l'archipel d'Okinawa, dans le Ryukyu, qui n'est sol japonais que depuis 1879, et qui par conséquent a eu une identité autre que nippone pendant des millénaires, c'est indéniablement de l'exotisme dans l'exotisme.
Et d'ailleurs tous les voyageurs qui ont visité d'autres provinces japonaises (dont nous) vous le diront, non Okinawa ce n'est pas vraiment le Japon.
Pourquoi ? et bien d'abord parce qu'il suffit de regarder une carte du pays. En bas, tout en bas, à 1534 kms de Tokyo, se trouve la dite-province.

                                                                                       

On est pas loin du stéréotype des paysages japonais ?

Évidement on y retrouve l'organisation sans failles, le sens du service et les infrastructures ahurissantes de modernité du soleil levant, sans compter l'ultra sécurité et la gentillesse naturelle (et timidité) du japonais moyen. Mais aussi et en plus, tout un art de vivre loin du stress, une musique traditionnelle et un artisanat local très éloigné de ce que nous avions vu antérieurement dans ce pays fascinant.
Pas si étonnant que les habitants de cette province aient la plus grande longévité de la planète.
Car à Okinawa, on cultive le bonheur et la santé de mille façons.
Gustatif d'abord, la cuisine, à mi-chemin entre japonaise et sud-asiatique est un privilège des Dieux.
Gorgée d'épices délicates, fine et surtout toujours réalisée avec des produits locaux de grande qualité. (le boeuf de Kobé vient d'Ishigaki, il y est élevé jusqu'a ses 2 ans, puis est envoyé à Kobé pour le mûrissement de sa viande).
Le cochon de l'île d'Okinawa est célèbre dans tout le Japon. On en fait du... confit ! si , si comme notre confit d'oie ou de canard, vous ne rêvez pas.
Le boeuf d'Ishigaki (qui devient celui de Kobé au bout de 2 ans) des Îles Yaeyama de la même province, est une denrée rare que tout japonais considère comme une viande d'exception
Et tout comme le reste, c'est divin.
Les fruits se récoltent à foison grâce à un climat chaud et humide, la canne à sucre aussi et le sucre qui en est extrait se consomme brut sans adjuvants chimiques.

Aucune industrie, pas de pollution chimique, des pesticides pour la plupart naturels, des hivers qui ne descendent pas en dessous de 18 degrés, et un sens de la fête spontanée que j'ai rarement vu ailleurs.
Si on rajoute par dessus ça, une consommation massive d'algues et de poissons (à la mode d'Okinawaienne je connais peu de gens qui n'aimeraient pas l'un et l'autre !), des paysages magnifiques pour apaiser le regard et l'âme, des plages idylliques, une vie rythmée par les saisons, beaucoup de travaux au grand air,  et une " zen attitude " commune à tous ces îliens, alors oui on commence sûrement à s'approcher du coeur du secret de ces vieillards qui pètent la forme à 100 ans.

20160217_140400_1_1

Et on en a rencontré...de ces anciens édentés, méga ridés et presque décharnés... Seulement voilà, la malice est toujours dans l'oeil, le rire jamais loin, et ça continue à aimer la vie, la musique, et l'awamori !!! (L'alcool local).

Le plus surprenant c'est que ces increvables vivent plus vieux mais aussi en bien meilleure santé que nous. Trois fois moins de maladies ou de soucis liés à l'usure du corps. Un vrai mystère. Une vraie leçon.

Mais il y a encore plus exotique que l'archipel d'Okinawa aux yeux même d'un japonais, ce sont les îles Yaeyama, les plus au sud du pays, dans l'archipel de Sakishima.
Après Okinawa, nous y avons poursuivi notre voyage pendant une dizaine de jours

L'île principale des Yaeyama est Ishigaki, qui elle-même se trouve à 270 kms seulement à l'est de Taiwan.
Plages que l'on croiraient sortie d'un dépliant sur la Thaïlande ou les Maldives, nature à l'état brut avec faune et flore super protégés, espèces animales uniques au monde, plongée de rêve...
Non, on ne pouvait pas résister à l'appel de ce petit paradis situé à 50 mns d'avion d'Okinawa, et lieu de vacances préféré des japonais dans leur pays.

Plus précisément encore ici :

Deux semaines du 11 au 25 février 2016 dans ces deux archipels de l'extrême sud japonais nous ont suffit à tomber amoureux des lieux.
En lisant les articles suivants, vous comprendrez pourquoi.

(NB : Et parce que ça peut peut-être aider de futurs voyageurs, j''ai indiqué les prix que nous avons payé pour tout, ainsi que les horaires des sites et toute info pratique qui m'a semblé pertinente.)

Posté par Sunhae à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 mars 2016

Arrivée à Naha, capitale d'Okinawa.


11 février 2016 :

Lorsque l'on arrive à Okinawa par la voie des airs depuis l'étranger, on arrive forcement à l'aéroport international d'okinawa.
(L'aéroport domestique est juste à côté..)
Et plus précisémment à la capitale de cette île, Naha.
L'île d'okinawa qui est l'île principale de l'archipel volcanique et de la province du même nom compte 1 230 000 habitants.
A Naha intra muros il y en avait 315 504 au dernier recensement.

Nous y atterrissons vers 18 h 30 avec un vol de la compagnie Peach (L'unique compagnie low cost du Japon qui couvre tout le territoire et qui a eu la très bonne idée de desservir La Corée du sud ou nous résidons).
Seoul-Okibawa 2 h15 de vol, 150 euros par personne A/R, un bon deal.
Naha-Kuko ; petit aéroport bordé de palmiers, nous voilà donc.

1455402908273
Le truc génial question transport à Naha, c'est son Monorail, 1 seule ligne, 15 stations qui desservent tous les principaux sites touristiques de la capitale et bien sur l'aéroport. Fréquence toutes les 15 mns de 5h30 à minuit tous les jours. Temps nécessaire pour parcourir toutes les stations : 30 mns ! Le pied.
Rutilant de propreté et d'une facilité enfantine à utiliser, pas de doutes on est bien au Japon. Jusqu'à la petite mélodie unique à chaque station, phénomène que l'on retrouve dans tous les métros japonais.
2.50 euros de ticket pour se rendre à la moitié de la ligne, soit la station de Makishi, dans l'hyper-centre, et hop nous voilà sur l'avenue principale, Kosusai Dori.

Notre hébergement est une perle. Un mini-studio dans une résidence très bien placée en plein centre.
" Mr Kinjo in Makishi " , 62 euros la nuit. pour absolument tout ce dont on peut avoir besoin. Machine à laver, plaques vitro-céramiques, micro-onde, bouilloire, sèche-cheveux, étendoir, produits d'hygienne et une avalanche de serviettes changeables tous les jours. Personnel charmant mais ça c'est un euphémisme au Japon.

20160216_083742

On se rend sur cette très longue avenue de Kokusai Dori.
En vente, le faux chien, celui qui ne coûtera pas cher en frais alimentaires ni en vétérinaire !

DSC00117

On passe notre première soirée à tâter l'ambiance au Food village de Kokusai Dori. En fait, un labyrinthe de ruelles où l'on vient commander des encas à l'assiette copieusement arrosés d'awamori ( l'alcool local) dans de microscopiques restaurants ouverts sur la rue. Des musiciens de rue se produisent aux terrasses tous les vendredis et samedis. Et l'on peut dire que ça chauffe...
Ou comment se détresser du dur labeur de la journée dans la joie et la bonne humeur sans même parfois quitter le costume-cravate...

1455402941342

1455402949098

1455402945838
L'awamori c'est très bon ! (plus parfumé que le saké et légèrement sucré. Se boit avec de la glace, de l'eau et du citron).

12719124_10153467610536270_1296664983669952637_o

DSC00583

La musique traditionnelle du Ryukyu dont nous avons un premier bel aperçu, se joue avec un sanshin, une petite guitare ronde que l'on entend résonner un peu partout.

Un petit aperçu sonore ici...

"Miruku Yugafu - Undercooled" Unaigumi + Ryuichi Sakamoto


Les airs sont répétitifs, soit très entraînants soit très nostalgiques. Cela nous rappelle les gamelans d'Indonesie.
On fait comme tout le monde, On boit, on danse et on sympathise avec nos voisins de comptoir qui sont heureux d'apprendre que nous ne sommes pas américains.
La bataille d'Okinawa a laissé des traces funestes, l'hégémonie US si contestée aussi, et la plupart des locaux voient d'un très mauvais oeil leur cohabitation avec les GI qui occupent encore 20 % de l'île d'Okinawa.

Nous rentrons à l'appart heureux de ces premières heures. Le calme et la timidité légendaire des nippons n'a pas court ici visiblement.Au dodo à 23 heures. 2 verres d' awamori on the rocks (délicieux mais assez traître) nous ayant passablement ratatiné... 

   

Posté par Sunhae à 06:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ile d'Okinawa : Le château Shuri, la disillerie Zuizen et le musée préfectoral

12 février 2016 :

Aujourd'hui nous prenons le pass monorail d'une journée au prix de 700 yens (5.25 euros). Il donne droit à des réductions significatives pour les sites que nous allons visiter ce jour. Au total si on prend au moins 3 fois le monorail et que l'on compte visiter au moins 2 de ces sites, il est très intéressant.

Direction le château Shuri, station Shuri, terminus de la ligne. Shuri (8h 30 à 18 h tous les jours sauf 1er mercredi et jeudis de juillet, 6 euros sans réduction), est le seul vestige prestigieux du vieux Naha. Le reste ayant été détruit par les bombardements ricains.
La forteresse du château permet une vue imprenable sur toute la ville. Les jardins et le château en lui-même ont été restauré avec un soin typiquement japonais.
Nous déambulons de salles en salles avec des chaussons aux pieds prêtés à l'entrée, en portant nos chaussures dans des sacs plastiques. Évidemment il est hors de question de salir les nattes et les tapis de sol !

1455402915537

14554029212061455402933632

1455402925674
Petit spectacle de danse traditionnelle plusieurs fois par jour au château...

1455402951724
Et la dernière curiosité dans les magasins de souvenir, les tongs-pelouses !

1455402932872

Après cette dose de vieilles pierres, de portes coulissantes et de magnifiques charpentes en bois, direction la distillerie Zuizen à 10 mns à pieds du château Shuri.

1455402966898

1455402967634
On nous montre avec fierté le diplôme que la distillerie a obtenu dans un concours international de spiritueux en 2009.

1455402968245

Partout décrite comme le lieu de prédilection pour comprendre ce qu'est ce mystérieux alcool local l'awamori, cette distillerie (ouverte tous les jours de 9 h à 17 h 20), permet de voir et de comprendre les différentes étapes de fabrication de l'alcool. On le fait de la même façon depuis 300 ans. L'entree est gratuite et les hôtesses extrêmement chaleureuses.On peut y voire entre autres, une vidéo en anglais.

Alors l'awamori c'est fait à base de riz thaï et d'une moisissure particulière et très fragile qui fait maître la fermentation en pot de terre cuite.
Évidemment nous avons droit à la dégustation gratuite (interdite aux conducteurs car en terme de tolérance d'alcoolemie, au Japon c'est Zéro !).
Et là O surprise, c'est délicieux ! Complètement diffèrent du saké. Légèrement sucré et très parfumé. Vraiment étonnant, j'y retrouve même l'odeur du cognac...
Il existe en plusieurs versions, à 27 degrés d'alcool, une trentaine...jusqu'à 44.
Nous buvons un dé à coudre de 4 awamori différents. C'est vraiment bon.

Il est temps de penser à manger. Au alentours du château Shuri nous découvrons une maison traditionnelle ouverte sur un jardin tropical luxuriant et un jardin de cailloux zen. Nous comprenons que c'est un restaurant en voyant une queue se former à l'entrée. Après 20 mns d'attente dans le jardin, on nous amène à notre table.
Le rêve ! Nous sommes entourés d'oeuvres d'art, d'odeurs délicates et ce jardin ajoute une touche spéciale.
Nous y mangerons pour environ 10 euros par personnes (2 ensembles de petites assiettes variées de spécialités d'Okinawa). Tout est succulent, diffèrent et simplement beau à regarder.

1455402934487

1455402953744

1455402962810

1455402963381
Visite du quartier du château aux ruelles typiques et charmantes. Aucune voiture n'a la place d'y rouler. Le calme total.
Des maisons et encore des maisons complètement cachées par la végétation qui les entoure.
Les plantes sont partout, on a la main verte à Okinawa !

1455402957971
Nous découvrons les célèbres shisa, ces petits lions mythiques du Ryukyu qui ornent les entrées et les toits des habitations et des commerces...

1455402894689

1455402909673

1455402920300

1455402929854

Reprise du monorail et direction le musée préfectoral qui comprend aussi le musée d'art contemporain.
(9 h à 18 h tous les jours sauf lundi, 6 euros).
C'est un vaste édifice sur plusieurs niveaux. Particulièrement intéressant pour l'art de vivre des îliens de l'archipel et la cuisine locale si différente de celle des autres provinces, Une rétrospective en photos (dur à regarder) de la bataille d'Okinawa y est aussi visible. Personne n'a oublié cet épisode épouvantable de l'histoire récente.

Maison traditionnelle à proximité du musée :

12772094_10153467610811270_7243482160905989236_o

Nous rentrons à notre studio après quelques courses et y dînons.
Extinction des feux comme à la basse cour !

Okinawa world et la rue Yachimun

13 février 2016 :

Départ pour Okinawa world (9 h à 18 h tous les jours, 22.50 euros) qui se situe au sud-est de l'île d'Okinawa.
On s'y rend par monorail jusqu'à Ashibashi station, puis en prenant le bus 83 jusqu'à son terminus : Gyokusendo-mae (50 mns, départ toutes les 40 mns).

Okinawa world est un gigantesque parc à thème qui a pour avantage de proposer la découverte de plusieurs spécificités locales dans un très bel environnement de jardin.

Les grottes sous-terraines (et naturelles) sont l'attraction majeure. Nous parcourons 1.5 kilomètres dans ces profondeurs sans se lasser une seule seconde. Il n'y fait pas froid et l'éclairage met vraiment le tout en valeur. Étonnant et très beau...

1455402911812

1455402949718

Le village reconstitué permet de se familiariser avec la culture locale, musique,  Bagata (motifs traditionnels des tissus locaux, et image de fond de ce blog), fuits exotiques etc...

Nous nous rendons enfin à la partie " Habu ". Le habu est aussi une spécialité locale... mais un peu moins attrayante cette fois.
C'est un serpent hautement venimeux et mortel qui vit dans l'archipel. Tout le monde a apprit à vivre avec. Chance il ne sort de sa tanière d'herbes et de fourrés que la nuit. Et la lumière le paralyse sur place. Il suffit donc d'avoir une lampe avec soi si l'on s'en va vagabonder de nuit dans la campagne. On ne le trouve pas en ville.

1455402989280
Et comme si ça ne suffisait pas, il y en à d'autres par ici...
Le serpent " beauté" (c'est son non) de Sakishima...

1455402971006Et le serpent vert du Ryukyu...

1455402961338
Et le serpent musquée de l'île de Yonaguni...

1455402978138

Une spécialiste nous fait une démonstration avec quelques spécimens vivants. Elle nous décrit leurs modes d'attaque, nous explique leur comportement et comment se protéger de leur rencontre. Nous apprenons que le habu a une particularité. Il attaque en fonction de la chaleur corporel de ses proies. On nous convie à une expérience.
On approche un ballon rempli d'eau froide du bestiau : aucune réaction, Puis un ballon rempli d'eau chaude : il le fait immédiatement éclater en le mordant...

Après les serpents, nous visitons une sorte de ferme où sont rassemblés plusieurs animaux du Ryukyu, renards volants, tortues etc...

1455402982633

Après 3 heures de visite nous rentrons à Naha pour nous rendre à la rue Yachumun, ou quartier des potiers.
En chemin nous tombons sur un concert de rue dont Naha a le secret le week-end.
Moitié chant traditionnel, moitié rock symphonique, très chouette !

1455402900799

Cette rue ancienne et pavée est très fleurie. La végétation et les jardinets y sont rois comme dans toute la ville.
Une enfilade de petites échoppes proposent de la poterie traditionnelle. C'est magnifique mais aussi assez cher. Pas moins de 15 euros pour le moindre petit bol...
Même sans rien acheter la ballade reste très agréable.

1455402919402

1455402906395Et là aussi les shisa ne sont pas loin...

1455402914088

1455402957174

DSC00291

1455402918237

Posté par Sunhae à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2016

Ile d'Okinawa : marché, forêt sacrée de Sefa Utaki et " Dojo bar "

14 février 2016 :

Nous démarrons la journée par le marché de Naha. L'occasion d'apprécier de visu tous les produits locaux.
Poisson, viandes, et fruits tropicaux, tout nous semble très exotique et, étonnamment, très abordable en prix.
Nous le savions, Okinawa a un coût de la vie beaucoup moins élevé que les autres provinces japonaises.
Les fruits cependant restent hors de prix, sauf l'ananas et les oranges locales dont on se régale presque tous les jours.

20160216_095443

20160215_104346

20160215_104346

20160216_093843

20160215_104413

20160215_104213

20160215_124817

20160214_181833

20160215_103141

20160215_103147

Après un repas " bento" dans une épicerie (convenient store) à peu pres 5 euros par personne, on lève le camps pour la forêt sacrée de Sefa Utaki.

20160215_124817

Pour se faire, on se rend en monorail à la station Asahibashi, puis bus jusqu'à Sefa Utaki. (6 euros, 55 mns, départ toutes les 40 mns).

On arrive dans un hameau qui domine la mer en bord de côte. Dans cette micro-ville perdue, Il y a justement aujourd'hui une sorte de foire aux produits locaux. Surprise, on y fait la connaissance d'un anglais qui est artisan fromager à Okinawa. On a droit a une dégustation spéciale. Bleu, comté, tome à l'ail, au pesto ! on est au paradis.
Eévidemment on achète !!!
Le gars vit depuis 40 ans au Japon et on passerait des heures à écouter ses anecdotes diverses. Mais la forêt nous attend. On décide de se donner RV le soir même dans un bar de Naha.

Allez hop direction la forêt (9 h à 18 h, ferme du 29 dec au 3 jan, 1.50 euro).
Cette forêt est vaste mais la partie piétonne et aménagée est restreinte. On nous le dit et nous le répète, il ne faut pas quitter le sentier car le serpent venimeux, le fameux habu, rode... Dans ces conditions vous pensez bien, pas de risque pour qu'on aille batifoler ailleurs ! et ce, même si l'animal se fait rare durant le jour.

Cette forêt est parsemée de gros rochers où des racines d'arbres impressionnantes ont réussi à s'accrocher à l'air libre on ne sait comment. C'est surtout un lieu de pèlerinage très important du shintoïsme. On y trouve plusieurs hôtels dédiés aux divinités. Il faut d'ailleurs parler à voix basse dans toute la forêt par respect pour les esprits demeurant ici.

Nous rentrons à Naha puis nous rendons au RV fixé au " Dojo bar ".

Nous l' apprenons pour l'occasion mais le karaté est né à Okinawa. Il y est donc plus qu'ailleurs au Japon, THE discipline locale.
Un bar, tenu par un karatéka célèbre (et anglais) sert de quartier général à tous les grands Maîtres résidants ou de passage ! Les murs sont couverts de photos et de dédicaces des plus grands pratiquants mondiaux...
Notre ami le fromager arrive...les bras chargés ! Il a amene une bonne dizaine de morceaux de fromages de sa confection privée...
On offre le vin et à table ! car il y a vraiment de quoi faire un repas. On se délecte.
Évidemment un peu dommage de manger "occidental" au Japon mais l'occasion est trop belle, car nous du fromage fermier en Corée du sud, on pourrait bien faire un sitting ou menacer de s'immoler par le feu devant notre ambassade qu'on en aurait toujours pas...

Nous finissons la soirée à écouter l'histoire du cheese maker qui a habité un peu partout au soleil levant, et qui se révèle être une personne extrêmement drôle et chaleureuse. Du bonheur comme seules certaines rencontres de hasard peuvent nous l'apporter.

12716222_10153451328356270_8329642259067896457_o

 


Okinawa : Le jardin chinois et le temple de Naminoue beach


Le 15 février 2016 :

Allez hop, aujourd'hui on se rend au nord est de Naha, près du port histoire de changer d'horizon.
Nous visitons un jardin chinois (entrée gratuite) charmant avec pièces d'eau, grottes, fontaines, pavillons etc...
Malheureusement le temps est très gris et la pluie menace. Pas top pour les photos.

12771703_10153467554811270_1268589946313226294_o

12747967_10153467554826270_1165399126325047912_o

20160215_131925

20160215_133232

20160215_132738

Dans le même quartier la plage de Naminoue et surtout son temple shinto. Une célébration s'y déroule donc on se fait discrets et on admire surtout l'extérieur.

20160215_141318

20160215_140355

20160215_141249

20160215_140607_1

20160215_135926


Nous regagnons ensuite le centre-ville sous un ciel de plus en plus sombre en on finit la journée au marché. On ne s'en lasse pas...

Pour couronner notre dernier jour à Okinawa, on se rend dans un restaurant qui propose une fondue locale.
2 sauces-bouillons à base de tamarin, de miso et de beaucoup d'autres épices. On y fait cuire des lamelles de porc et de boeuf. C'est succulent et pas ruineux, (voir article " Saveurs et spécialités culinaires d'Okinawa ".)

Demain on quitte Okinawa pour se rendre plus au sud en avion dans l'île d'Ishigaki...

 

Posté par Sunhae à 03:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ile d'Ishigaki : La capitale


16 février 2016
:

55 mns de vol suffisent à relier l'île d'Ishigaki, archipel des Yaeyama depuis Okinawa.
Des navettes aéroport permettent de se rendre dans la ville principale, Ishigaki en 30 mns.

20160216_152512

20160216_154420
La première impression que nous avons de cette île de 47 000 habitants est qu'elle est extrêmement calme, verte et très rurale en dehors de la capitale. Les champs de canne à sucre, les chèvres et surtout les vaches défilent sur la vitre du bus.
Les vaches, boeufs, veaux sont vraiment partout et ils faut voir leur cadre de vie... Champs à perte de vue, herbe bien tendre et bien grasse partout, jolis abris en bois pour la pluie etc. Ils y gambadent en toute liberté.
Rien de moins pour ces gros mammifères et pour cause, le boeuf de kobé mondialement célèbre,  c'est le boeuf d'Ishigaki !  (voir article " Boeuf de Kobé ou d'Ishigaki ? ").
Résultat, on le trouve partout au restau, dans les magasins etc... et bien sur à commencer dans les champs.
Des animaux maintenus dans de telles conditions de bien-être ne peuvent évidemment pas donner de la semelle sans saveurs...

Ishigaki-city est une ville côtière à taille humaine. S'y concentre la majorité des habitants de l'île.
Pas d'embouteillage, une ambiance paisible même aux heures de sortie de bureau.

Et ici aussi, il y a des shisa !

20160223_194631

Nous nous installons au " Toyoko inn " près du port. Chambre très correcte avec frigo, bouilloire, thé et café, sèche-cheveux, cosmétiques et petit-déjeuner compris pour 44 euros/nuit.
Une très bonne affaire pour le Japon.

20160224_144943

La vue sur le port depuis notre chambre :

20160224_144856

Dans cet hôtel, se trouve aussi un système de séchage de l'équipement de plongée. Bien vu ! Et c'est gratuit.

 

20160219_070259

Et des toilettes comme toujours passionnants au Japon...

20160225_080414

Et sa notice sensée sauver la vie aux neuneux étrangers...Avouez, ça aide !!!

20160225_080426

Nous partons en repérage dans le centre qui n'est pas grand. Le marché est tout petit mais charmant.
Par contre comme à Naha, les petits restaux à snacks et alcools se comptent par dizaines. Plus particulièrement dans le quartier Misakichou près du marché.

Nous visitons le Miyara Dounchi (9 h à 17 h sauf le mardi et du 1er au 3 janvier, 1.50 euro) ancienne résidence d'un samouraï toujours habitée par son descendant.
Le raffinement au sens strict et à la japonaise. Malheureusement nous ne pouvons pas voir les parties habitées, ce qui représente 75 % de la maison !.
Le jardin très ancien est une merveille.

20160217_154507

20160217_154909

20160217_155016

Puis, le petit musée des Yaeyama (9 h à 17 h sauf lundi et du 29/12 au 3/01, 1.50 euro).
IL est intéressant caril permet de comprendre la vie ancestrale et l'organisation de la société passée. On y apprend que les autorités japonaises faisaient payer un impôt unique et en nature aux îliens des Yaeyama. En kimonos tissés-mains pour les femmes, et en sel pour les hommes, et que tout le monde avait jusqu'à ses 50 ans pour s'acquiter en une fois de sa dette !

 

20160220_122241_1

20160220_122015_1_1

 Lunettes de plongée (les premières furent réalisées à Okinawa).

20160220_122118

20160220_122430

Posté par Sunhae à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Plongée ! Pongée ! Plongée ! et une soirée spectacle...

Les 18, 19 et 20 février 2016 :

Couramment citée comme une destination de rêve pour les plongeurs, ce qu'on peut dire c'est que la réputation des Yaeyama n'est pas usurpée.
James a eu la grande joie et le grand privilège d'y voir ses raies mantas pour la première fois. Elles sont présentes toute l'année sous ces latitudes.

20160218_115400
Et comme c'était hors saison, il a eu le supplément de privilège d'etre parfaitement seul avec elles. Rien de plus embêtant lorsque l'on filme comme lui, qu'une tripotée de plongeurs (et le bouillon de bulles qui va avec) qui fait fuir les animaux.

12764329_10153464390991270_4874923454868759671_o

La visibilité était extra, les couleurs, la diversité marine aussi. Les eco-systèmes sont en excellente santé. Bref le rêve pour un plongeur passionné.

On recommande chaudement " Prime scuba " pour le professionnalisme, la gentillesse et la fiabilité du matériel. 

(Prix : 511 euros pour 3 jours avec 3 plongées/jour, l'équipement et les repas du midi).

Tête à tête avec sa première manta...

12778999_10153485648196270_1269546722893205488_o

12795438_10153485650366270_5690488662017098974_n_1_

12771998_10153485648831270_971291932257347977_o_1_

12821463_10153485652036270_2833027360332722822_n

Ici, petite vidéo de Monsieur au paradis, réalisée par lui-même...

Ishigaki diving

 

Le 20 février au soir, nous allons au restaurant " Usagiya " pour un repas-spectacle avec musique, chant et danses d'Okinawa.

Ambiance torride !

Prix : 8600 yen pour 2, soit 69 euros pour 5 plats de dégustation, 2 bières et 2 awamori.

 

20160220_183904

20160220_185823

20160220_193604

20160220_195259

Posté par Sunhae à 04:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Road trip à Ishigaki (avec conduite à gauche !)


21 et 22 février 2016 :


Aujourd'hui on loue une voiture pour 2 jours. Après avoir beaucoup hésité (conduite à gauche !!!), on s'est dit que le système de bus était tellement peu développé qu'il n'y avait pas d'autre moyen pour voir l'île sous toutes ses coutures.

20160222_102637

Location donc d'une petite Nissan Note à l'aéroport (60 euros/jour) et nous voilà lancés.
Alors d'abord nous avons été très, mais alors très surpris de la facilité avec laquelle on a adopté le système " à gauche".
A cela plusieurs raisons :

1. On est au Japon, donc boite à vitesses automatique. Arrêt et démarrage automatique aussi.
2. Les conducteurs japonais sont hypers prudents et raisonnables, sans oublier le savoir-vivre omni-présent.
3. La vitesse maximale autorisée est de 40 km/h, 30 en ville aux Yaeyama.
4. Très peu de circulation en dehors de la capitale.

En résumé, un vrai bonheur !

Nous avons fait le tour intégral de l'île en 2 jours, en prenant vraiment notre temps et en s'arrêtant tous les 10 kms environs.
Et là on a comprit pourquoi l'île n'était pas seulement un paradis pour les plongeurs mais pour les touristes tout court.

Le Banna park...

12764608_10153467611031270_2532022951053048058_oSes papillons...

12772089_10153464388871270_8066763946328818366_o
Et ses oiseaux de proie... (un aigle à crête)

12772099_10153467611041270_6778757054487455535_o

Kabira bay, la baie la plus photographiée de l'île...

 

20160221_112543

Sa forêt de palmiers...

20160222_140848Plages et criques...

20160221_141639_1

20160222_143125

Sunset beach...

20160221_141753Secret beach...

DSC01091

Plutôt chouette, non ?

Posté par Sunhae à 04:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Iles d'Iriomote et de Yubu

23 février 2016 :

Direction l'île d'Iriomote en ferry, (départ toutes les heures depuis le port d'Ishigaki, 40 mns, 25 euros aller/retour.)

Iriomote est la plus grande des îles Yaeyama au sud de l'archipel d'Okinawa.
C'est une île de jungle, de mangrove et de belles plages quasi vierges.
La nature y est complètement reine et sa protection, une religion locale.

Iriomote possède aussi un animal unique au monde, le chat sauvage d'Iriomote. Il y en a environ 300 spécimens disséminés sur l'île. C'est un animal très sauvage et qui chasse la nuit. Par conséquent il est exceptionnel de pouvoir en apercevoir un à la lumière du jour..
L'île ne possédant qu'une route sur sa cote Est, mais une route quand même, il n'etait pas question de prendre le risque de voir ces félins rares se faire écraser par les voitures.
On a donc surélevés la route ! et fabrique des sortes de tunnels pour que les matous sauvage puisse traverser tranquillement... Tout un état d'esprit qui en dit long...

En dehors du chat sauvage, une plage au nord possède également du sable étoilé. Le même que sur une des plages de Taketomi.
Une rarete qui fait creuser beaucoup de touristes à 4 pattes...

Avant tout nous embarquons pour 1 heure de croisière dans la mangrove à 9h...

20160223_103230

 

20160223_103251

Une petite escale nous permet d'aller admirer cet arbre de 400 ans, un héritier du littoral (c'est son nom savant).

12419098_10153467569851270_8538572474018467866_o

Les transports publics étant rares et peu fréquents, on a choisi de louer une minuscule voiture, une moko ! pour le reste de la journée.
Un petit cube qui entre autre avantage vous permet d'effectuer 1000 kms pour 16 euros d'essence. Oui je suis sérieuse.
On a du remplir le réservoir avant de la rendre. On a fait 100 kms avec réservoir plein. On a re-rempli pour la rendre avec le plein et cela nous a coûté 1.60 euro pour 100 kms !!!
Location : 45 euros la journée.

Quelques images du road trip :

 

20160221_131544_1

 

20160221_132002_1

20160223_114321

L'île de Yubu à 400 mètres que l'on accède uniquement par buffles d'eau. Notre buffle c'est lui !

12764691_10153467569971270_6336538802632611112_o

12768192_10153467570331270_4086934049520726512_o
L'île jardin de Yubu est minuscule mais vaut bien la traversée de 10 mns...

Papillon papier et la chrysalide qu'il vient de quitter...

12771538_10153467570166270_4649661812084963812_oChrysalides avant éclosion...

12771850_10153467570461270_8607968904448059621_o

Retour à Ishigaki et dîner dans un tepanyaki pour la découverte du boeuf d'Ishigaki/Kobé.

Une merveille mais une merveille qui coûte cher. (35 euros pour 200 grs...).
C'est délicieux, ça fond dans la bouche. Très riche en saveurs. Simplement exquis.

20160217_193953

20160217_194250

 

Posté par Sunhae à 04:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]